Stefan Zweig – Vingt-Quatre Heures de la vie d’une femme et 15 autres romans et récits

15 04 2012

Quatrième de couverture :

« Passion, désir, possession… Stefan Zweig a écrit certains des plus beaux textes de la littérature amoureuse.

Cet écrivain brillant de la Belle Epoque, né dans une Vienne frivole et sensuelle, a parcouru l’Europe en touriste raffiné. Il a fréquenté les intellectuels de son temps, celui de la modernité. Mais la Première puis la Seconde Guerre mondiale vont installer la barbarie au cœur des hommes. Européen libéral et juif amoureux de l’Autriche des Habsbourg, Stefan Zweig n’a plus d’espérance et tel le héros solitaire du Joueur d’échecs, il va basculer dans le désespoir. Il laisse à la postérité une œuvre magistrale que les générations ne cessent de découvrir et de redécouvrir. »

Contenu :

  • Printemps au Prater ;
  • La Gouvernante ;
  • Brûlant secret ;
  • Au bord du lac Léman ;
  • La Peur ;
  • Amok ou le Fou de Malaisie ;
  • La Femme et le Paysage ;
  • Lettre d’une inconnue ;
  • La Ruelle au clair de lune ;
  • Destruction d’un cœur ;
  • Vingt-Quatre Heures de la vie d’une femme ;
  • La Confusion des sentiments ;
  • La Collection invisible ;
  • Voyage dans le passé ;
  • Révélation inattendue d’un métier ;
  • Le Joueur d’échecs.

La Gouvernante

Deux fillettes quittent l’enfance à cause de leur curiosité. Mais quel enfant n’est pas curieux ? Elles ne saisissent pas tout ce qui se passe autour d’elle. Elles écoutent aux portes car elles se rendent compte que leur gouvernante est préoccupée par leur cousin. Elles finissent pas comprendre ce qui se passe entre leur cousin et la gouvernante mais ne comprennent pas pourquoi leur mère renvoie cette dernière. Un malheur finira par arriver et seules les deux fillettes auront saisi l’ampleur de la situation.

Cette nouvelle démontre que les parents tentent de protéger au maximum leurs enfants de la réalité bien souvent cruelle qui les entourent. Toutefois, les enfants grandissent bien plus vite qu’on ne le voudrait.

Le récit de Stefan Zweig dépeint la vie telle qu’elle est.

Au bord du lac Léman

Un homme nu est repêché dans le lac Léman par un pêcheur. L’inconnu s’exprime dans une langue étrangère. Rapatrié sur le bord du lac, son regard s’illumine car il pense être arrivé chez lui mais il s’aperçoit rapidement que les gens qui viennent voir « l’homme nu repêché dans le lac » ne sont pas de chez lui. Un patron d’hôtel arrive à communiquer avec l’homme qui est un déserteur de l’armée rouge. Ne recevant aucune aide pour rentrer chez lui, l’homme fera tout pour se libérer de cette souffrance.

Dans ce récit, un homme perd tout ses repères et en souffre. De plus, personne ne semble pouvoir (vouloir) lui venir en aide. Stefan Zweig démontre la complexité qui peut y avoir dans la communication avec l’autre et la compréhension de l’autre. La mauvaise compréhension peut amener à des situations où aucune issue ne semble possible.

La femme et la paysage

Un homme (le narrateur) semble être en vacances dans un endroit où il fait terriblement chaud et espère que l’orage va tout rafraîchir mais il n’arrive pas. Dans son désarroi, il semble avoir trouvé quelqu’un avec qui partager ce mal-être : une jeune femme. Pourtant, cette dernière ne semble pas le remarquer jusqu’à la nuit d’orage.

Dans ce récit, Stefan Zweig décrit les émotions et le ressenti du narrateur d’une manière tellement détaillée qu’on ressent le mal-être du narrateur. Ce texte est très intense et on n’a qu’une envie : que l’orage éclate !

Si vous avez envie de découvrir ou de redécouvrir Stefan Zweig à travers ses écrits, je ne peux que vous conseiller ce recueil.


Publicités

Actions

Information

One response

17 04 2012
livr0ns-n0us

J’avais beaucoup aimé « La gouvernante » (surtout le passage où les deux petites filles parlent du bébé… j’en ris encore ^^)
Je pense que je vais acheter ce recueil même si j’ai déjà lu un certains nombre de nouvelles dans d’autres éditions car c’est tout de même un bel objet !

Bonnes lectures 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :