Franz Kafka – Lettre au Père

6 09 2011

Quatrième de couverture :

« Très cher père,

Tu m’as demandé récemment pourquoi je prétends avoir peur de toi. Comme d’habitude, je n’ai rien su te répondre… »

« Réel et fiction ne font qu’un dans la lettre désespérée que Kafka adresse à son père. Il tente, en vain, de comprendre leur relation qui mêle admiration et répulsion, peur et amour, respect et mépris. »

Réquisitoire jamais remis à son destinataire, tentative obstinée pour comprendre, la Lettre au pèreest au centre de l’œuvre de Kafka.

Mon avis :

Il ne faut pas se méprendre, ce n’est pas parce ce livre ne fait « que » un peu moins de 100 pages qu’il se lit très vite, bien au contraire ! Il ne faut pas oublier qui était Franz Kafka.

C’est la première  œuvre  de cet auteur que je lis. « La Métamorphose » est dans ma PAL. Si j’ai décidé de commencer mon approche de Franz Kafka avec « Lettre au Père », c’était dans le but de mieux cerner l’auteur.

Effectivement, à la lecture d’impressions de lecteur sur des œuvres de Kafka, j’ai pensé qu’il était plus judicieux d’essayer de comprendre l’auteur avant de me lancer dans la lecture (et la compréhension) de ses écrits.

Mais quelle horreur ! Je suis bienheureuse de ne pas être le père de Kafka. J’ai vraiment eu l’impression que Kafka charge son père de tous ses échecs dans la vie.

L’extrait suivant montre à quel point Kafka était docile et surement très peu sûr de lui, ce qui pourrait expliquer l’influence si grande de son père sur lui :

Extrait P.29 :

« […] Tu disais : « Pas de réplique ! » voulant amener par là à se taire en moi les forces qui t’étaient désagréables, mais l’effet produit était trop fort, j’étais trop obéissant, je devins tout à fait muet, je baissai pavillon devant toi et n’osai plus bouger que quand j’étais assez loin pour que ton pouvoir ne pût plus m’atteindre, au moins directement. […] »

L’extrait suivant montre ce que je disais plus haut : Kafka semble charger son père de tout ce qui n’a pas fonctionné dans sa vie au point d’accuser son père de lui avoir gâché son enfance :

Extrait P. 38 (entre parenthèses) :

« […] (dans le gâchis de mon enfance, …) […] »

Toutefois, cette lettre m’a permis de me poser des questions sur mon rapport avec mes parents. Je pense que nous avons tous des difficultés à comprendre nos parents et que nous les chargeons, même inconsciemment, de tout ce qui ne fonctionne pas dans notre vie.

J’ai l’impression que Franz Kafka a été rongé toute sa vie et n’a jamais réussi à surmonter son incompréhension face à son père. L’écriture aurait-elle été sa thérapie ? Je ne le sais pas encore et je compte me pencher plus longuement sur ses œuvres afin de comprendre.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :