Anne Wiazemsky – Mon enfant de Berlin

29 08 2011

Petite note sur l’auteur (extrait de Wikipédia) :

Anne Wiazemsky est écrivaine, comédienne et réalisatrice française, née le 14 mai 1947 à Berlin.

Anne Wiazemsky est la petite-fille de l’écrivain François Mauriac par sa mère Claire Mauriac. Elle est issue de la famille princière russe des Wiazemsky qui émigra en France après la révolution de 1917. Ses romans sont souvent influencés par l’histoire de sa famille.

 

Quatrième de couverture :

« En septembre 1944, Claire, ambulancière à la Croix-Rouge, se trouve à Béziers avec sa section, alors que dans quelques mois elle suivra les armées alliées dans un Berlin en ruine. Elle a vingt-sept ans, c’est une très jolie jeune femme avec de grands yeux sombres et de hautes pommettes slaves. Si on lui en fait compliment, elle feint de l’ignorer. Elle souhaite n’exister que par son travail depuis son entrée à la Croix-Rouge, un an et demi auparavant. Son courage moral et physique, son ardeur font l’admiration de ses chefs. Ses compagnes on oublié qu’elle est la fille d’un écrivain célèbre, François Mauriac, et la considèrent comme l’une d’entre elles. Au volant de son ambulance, quand elle transporte des blessés vers des hôpitaux surchargés, elle se sent vivre pour la première fois. Mais à travers la guerre, sans même le savoir, c’est l’amour que Claire cherche. Elle va le trouver à Berlin. »

Mon avis :

Dès le début, je me suis posé des questions sur le pourquoi de ce livre. Je ne connaissais pas l’auteure mais à la lecture, j’ai compris quel était son rapport avec le récit. Il s’agit d’un livre dont l’histoire est centrée sur Claire Mauriac, la mère d’Anne Wiazemsky. A travers cet œuvre, l’auteure part à la recherche de son passé via l’histoire de sa mère.

 

Il semblerait que l’auteure était à la recherche de réponses et ce sont des personnes proches de sa mère lors de la Seconde Guerre mondiale qui vont lui faire le récit du vécu de ses parents. Il y a aussi des passages du journal de Claire avant qu’elle n’arrive à Berlin et des lettres échangées avec ses parents.

C’est le récit d’une vie presque banale, car quand on est « la fille de… » et qu’on vit la guerre de plein fouet par son travail au sein de la Croix-Rouge Française, la vie est loin d’être complètement banale. Claire était une jeune femme à la recherche de son identité qu’elle voulait hors de l’ombre de son père. Elle a trouvé l’amour à Berlin et a pu s’affirmer dans son travail qu’elle affectionnait énormément.

A travers l’histoire de Claire, j’ai découvert une facette méconnue de la Seconde Guerre mondiale, celle de ces femmes qui travaillaient pour la Croix-Rouge Française et qu’ont risqué leurs vies au service des autres, pour sauver des vies, pour en voir d’autres s’éteindre dans l’horreur d’une guerre.

C’est l’histoire d’une jeune femme, mais c’est aussi l’histoire de personnes méconnues et qui méritent d’être mentionnées pour le courage et le dévouement dont elles ont fait preuve durant ce sombre et triste pan de l’histoire mondiale.

 

Lu dans le cadre du Challenge « Seconde Guerre mondiale »:

 

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :