Catherine Servan-Schreiber – Louise et Juliette

15 06 2011

 

Quatrième de couverture :

« Louise et Juliette sont inséparables. Mais lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, les deux sœurs vont se retrouver malgré elles dans des camps opposés. Louise a épousé Charles, un brillant intellectuel juif, directeur d’un journal. Ils doivent changer de nom, abandonner leurs biens et se réfugier en zone libre avec leurs cinq enfants. Juliette, elle, est la femme d’un préfet qui a choisi la collaboration. Tandis qu’à Megève Louise s’engage dans la Résistance et vit avec la peur des dénonciations, Juliette découvre une vie mondaine, insouciante des horreurs de la guerre. Pour ne pas rompre le fil fragile de leur amour, elles s’écrivent des lettres bouleversantes, tentent de ne pas se juger et de se souvenir des jours meilleurs. La fin de la guerre les réunira mais apportera aussi de nouvelles douleurs. »

Mon avis :

J’ai eu des difficultés à entrer dans l’histoire et par moment, je ne savais plus qui était Louise et qui était Juliette. Une fois ces difficultés surmontées, j’ai enfin pu profiter de l’histoire de ces deux sœurs.

Louise m’a énervée à ne jurer que par son fils ainé : Léonard. Un amour débordant à la « mon fils est beau, est tout gentil, est parfait », on en finit par se demander si elle aime ses autres enfants. Toujours à s’inquiéter pour son fils et elle en oublie (presque) les autres membres de sa famille à part sa sœur.

Juliette a un fils unique, et je n’ai pas retenu son prénom car s’il est cité deux fois dans le livre, c’est un record. Elle aussi ne jure quasi que par Léonard ! Juliette semble soumise à son mari qui décide de tout. Juliette se rend à peine compte que son mari collabore avec les Allemands.

Le fond de l’histoire est très riche en éléments. On est plongé en plein cœur de la Seconde Guerre Mondiale et on partage les angoisses des personnages. Mais à part ça, je n’ai pas été très emballée. Les époux qui jouent un rôle important dans l’histoire sont effacés par la relation des deux sœurs. Ce qui est bien dommage.

Publicités

Actions

Information

One response

16 06 2011
melleaurel

Je note !!!!!!!!! J’adore toutes les histoires vintage !!! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :